Un glossaire pour étudier la Bible

Alexandrie

De nombreuses villes du bassin Est-méditerranéen et du Moyen-Orient (jusqu’aux rives de l’Indus et les montagnes d’Afghanistan) portent ce nom en référence à Alexandre le Grand qui a conquis, depuis la Macédoine, cette région au 4ème siècle avant Jésus-Christ. Soit que la création de cette ville lui soit attribuée, soit que cette ville rende ainsi hommage au conquérant. Lorsqu’elle n’est pas précisée géographiquement, ce nom désigne Alexandrie d’Égypte.

Cette ville fut la capitale de l’Égypte, célèbre pour son phare (une des 7 merveilles du monde). Elle abrita aussi une importante communauté juive et fut le lieu de la rencontre entre la culture grecque et la culture juive. C’est dans cette ville qu’est traditionnellement située la traduction de l’Ancien Testament en langue grecque : la Septante.

C’est en général cette traduction qui est utilisée par les auteurs du Nouveau Testament lorsqu’ils citent l’Ancien.

Capharnaüm

Village de pêcheurs sur les rives du lac de Tibériade, dans la province de Galilée. A l’époque de Jésus, il devait comporter un peu plus de 1’000 habitants. Souvent cité dans les Évangiles, il semble être un lieu important dans l’activité de prédicateur – thaumaturge en Galilée.

Son caractère composite, les allusions fréquentes à des foules de malades les plus divers des récits bibliques ont conduit ce nom à devenir une expression française désignant le désordre ou la confusion.

Catéchèse

Du grec katekhein (faire résonner, informer, enseigner), la catéchèse est une démarche pédagogique cherchant à une meilleure compréhension de la foi chrétienne. Elle peut concerner les enfants comme les adultes, les croyants comme les personnes en recherche.

Centenier

Synonyme de centurion, le mot désigne un officier romain qui commande une compagnie d’env. 100 hommes. Il s’agit souvent du chef d’une garnison romaine locale.

Chloé (maison de)

Chrétienne de Corinthe (1 Co 1,11), appartenant à un milieu suffisamment aisé pour avoir des serviteurs voyageant autour de la mer Égée. Le terme « maison » (oikos en grec) désigne le groupe des personnes qui sont sous sa responsabilité : famille, proches, serviteurs, etc.

Étymologiquement, Chloé veut dire : « la verdoyante » ou « jeune pousse ».

Collecteurs d’impôts

Parfois désigné par le terme de « publicain » dans les anciennes traductions bibliques, le collecteur d’impôts est un habitant d’un pays occupé par les romains qui reçoit de ces derniers la tâche de collecter les impôts pour l’occupant.

Du fait du système de calcul de l’impôt souvent opaque, il a la réputation d’être injuste ou corrompue. Politiquement, il est un collaborateur de l’occupant. Sur le plan religieux, ses contacts réguliers avec les païens ou avec leur monnaie comportant des effigies de divinités païennes, le classe dans la catégorie des impurs. Trois raisons (morale, politique et religieuse) qui expliquent sa mauvaise réputation dans la société palestinienne au temps de Jésus.

Concile de Jérusalem

Cette appellation désigne une assemblée tenue dans la première Église de Jérusalem et qui statue sur l’ouverture de la communauté des juifs chrétiens aux chrétiens issus du paganisme. Cette événement est rapporté dans le livre des Actes des Apôtres (Act 15,1-31).

Deutérocanoniques

Les livres deutérocanoniques sont des livres qui ne figurent pas dans la Bible juive, mais que les Églises catholiques et orthodoxes considèrent comme canoniques (c’est-à-dire faisant partie de l’Ancien Testament), mais de manière secondaire (deuteros en grec) par rapport aux livres en hébreu.

Diaspora

Ce terme, issu du grec ancien, désigne la dispersion hors de Palestine des juifs exilés après la destruction du premier temple en – 587 et accentuée après la deuxième destruction du deuxième temple en 70 après J.-C.

Le terme en vient à désigner l’ensemble des communautés juives dispersées à travers le monde ; puis la dispersion d’un peuple, d’une ethnie ou de fidèles d’une religion.

Disciple bien-aimé

Ce terme n’apparaît que dans l’évangile selon Jean (par ex. 13,23-25 ; 19,26-27 ; 20,1-10 ; 21,2-8) où il désigne un disciple particulièrement proche de Jésus, son témoin privilégié. La tradition chrétienne l’identifie comme l’apôtre Jean. Les recherches historiques y voient la figure centrale de l’école johannique qui désigne le groupe au sein duquel est née l’évangile selon Jean, les épitres johanniques et l’Apocalypse.

Église

Du grec eckkèsia (qui signifie : assemblée), ce terme est utilisé pour traduire l’hébreu qahal (qui signifie : ceux qui sont convoqués, cf. Dt 4,10). Dans le Nouveau Testament, il se rapporte au rassemblement des chrétiens. C’est ainsi que l’on parle de « l’église de Dieu qui est à Corinthe » (1 Co 1,1).

Esaïe

Ce terme désigne soit une personne : le prophète Esaïe, soit un livre de l’Ancien Testament, celui dit du prophète Esaïe.

Le prophète Esaïe (dont le nom hébreu signifie « Yahvé sauve ») est un personnage historique qui a vécu à Jérusalem au VIIIème siècle avant notre ère (2 Rois 19). Ses interventions prophétiques prennent place dans un contexte historique de montée de la puissance assyrienne dans le Proche orient. En 701 avt J.-C. le roi assyrien Sennachérib met le siège à la capitale du royaume de Juda. Celui-ci s’avère être un échec dont rendent compte les annales assyriennes et les livres bibliques (2 Rois 19,35).

Le livre dit du prophète Esaïe est un des livres de l’Ancien Testament. Il comprend 66 chapitres. On reconnaît généralement trois parties dans ce livre. La première (chap. 1 à 39) comporte des textes remontant la plupart à l’Esaïe historique. La deuxième (chap. 40 à 55) rassemble des textes qui se rapportent à la période de la chute de Jérusalem sous les coups de butoir des babyloniens (587 avt. J.-C.). La troisième (chap. 56-66) regroupe des textes se rapportant à la situation de l’Exil à Babylone et du retour à Jérusalem au moment de la domination perse (Vème siècle avant notre ère).

Eschatologie, eschatologique

Désigne tout discours qui a trait à la fin des temps. Vient du grec « eschaton » : le dernier.

Eucharistie

Issu d’un terme grec signifiant « action de grâce » par référence à la prière centrale de la liturgie de la Cène, ce terme désigne tout à la fois le rite du culte chrétien (la Sainte-Cène dans le vocabulaire protestant), le fait de prendre part à ce rite en consommant le pain (ou l’hostie) et la coupe, ainsi que le pain et le vin consacrés qui sont partagés durant ce rite.

Exode

Du grec ex (qui signifie « hors ») et odos (qui signifie : « le chemin »), ce terme désigne soit la sortie d’Égypte du peuple d’Israël sous la conduite de Moïse, soit le livre qui rapporte cette histoire. L’Exode – sortie d’Égypte – est l’événement central de l’identité religieuse d’Israël.

Évangiles synoptiques

On désigne ainsi les 3 premiers évangiles du Nouveau Testament : Mathieu, Marc et Luc. Ils tirent ce terme de l’expérience suivante : en plaçant de manière parallèle le texte des 4 évangiles (on appelle cette opération d’analyse linguistique : établir une synopse), on constate que les 3 premiers suivent un plan similaire, comportent des récits et des discours similaires placés au même endroit, etc. Ils se distinguent en cela très fortement de l’évangile selon Jean.

Exil

Traumatisme fondateur de l’histoire d’Israël et à l’origine de la constitution de l’Ancien testament, ce terme désigne la déportation d’une grande partie des habitants du royaume de Juda après la prise de Jérusalem par les armées babyloniennes en 587 avant notre ère (2 Rois 25, 11-21). Avec la chute de sa capitale, le peuple perd son roi, son temple et sa terre. Alors qu’il aurait été évident d’en conclure à la défaite du Dieu d’Israël, les prophètes et les prêtres opposent une autre réponse : Dieu reste maitre de l’histoire. Ce qui est arrivé n’est pas la défaite de Dieu, mais la conséquence de la désobéissance du peuple et de ses rois. C’est sur la base de cette conviction de foi que se met en place la collecte des éléments de mémoire collective qui va aboutir à la constitution de l’Ancien Testament et à la naissance du judaïsme de l’époque de Jésus.

Gabaonites

Désigne les habitants de Gabaon (ou encore Gibeon), une petite ville à quelques kilomètres au nord de Jérusalem. Dans le livre de Josué, il semble s’agir d’une population autochtone qui habite la région avant l’arrivée des israélites depuis l’Égypte.

Galilée

Ce terme désigne une région du nord d’Israël, à la frontière avec le Liban et la Syrie actuelle. Intégrée au royaume du Nord dans l’Israël antique, elle est une région frontière aux multiples influences culturelles, politiques et religieuses. A l’époque du Nouveau Testament, elle est le lieu principal de l’activité de Jésus. On y trouve Nazareth (la ville où Jésus grandit avant son baptême, Marc 1,9) et Capharnaüm (cf. plus haut).

Gloire

Le terme français traduit le grec du NT « doxa » qui lui-même traduit l’hébreu « kavod ». Étymologiquement, ce dernier terme se rattache à une racine qui signifie « lourd » ou « avoir du poids ».

Dans la Bible, « gloire » est devenu synonyme de « présence de Dieu ».

Herméneutique

Désigne tout ce qui a trait à la question de l’interprétation des textes, c’est-à-dire la question du sens des textes aujourd’hui.

Hérode Antipas

Fils d’Hérode le Grand (qui régnait sur la Judée au moment de la naissance de Jésus, cf. Mth 2,1), il est Tétrarque de Galilée et de Perée (région à l’est du Jourdain et au nord-est de la Mer Morte de 4 av. J.-C. à 39. Il est cité, entre autres, dans les évangiles comme celui a fait exécuter Jean-Baptiste (Mth 14) et joue un rôle dans le procès de Jésus (Lc 23,6-7).

Holocauste

Selon la signification hébraïque, l’holocauste est un sacrifice où l’ensemble de la bête sacrifiée est brulé sur l’autel et donc symboliquement offert totalement à Dieu. Ce type de sacrifice, plutôt exceptionnel et réservé à de grandes occasions (cf. Lv 1, s’oppose au sacrifice de communion ou de paix (Lv 3) où l’animal sacrifié est partagé en trois selon des règles précises. La première partie est brulée pour Dieu, la deuxième revient au prêtre, la troisième revient à l’offrant qui la partage avec ses proches.

Immanence

Désigne la présence de Dieu dans le monde, à l’intérieur du monde ou de l’être humain. Il s’oppose à la transcendance qui désigne le fait que Dieu est extérieur au monde.

Institution de la Cène

Récit biblique qui décrit comment Jésus a célébré la Cène en demandant à ses disciples de reproduire ce geste. (Mt 26 ; Mc 14 ; Lc 22; 1 Co 11)

Kasher

Ce qualificatif désigne les aliments qui sont permis à la consommation selon la loi juive et la Bible hébraïque. La « Kasherout » désigne l’ensemble des règles.

Logia, source Q

Désigne un des documents « source » du travail des évangélistes. Selon l’hypothèse majoritairement admise, circulait au sein des 1ères communautés chrétiennes, avant les Évangiles, une compilation des paroles de Jésus (logia = les paroles) dans lesquels les évangélistes ont puisé pour entreprendre leur propre rédaction. Pour en savoir plus.

Loi

Cf. Torah

Liturgie

Venant d’un terme politique du grec ancien qui signifie « service public », ce mot désigne l’ensemble des rites, prières, cérémonies qui définissent le culte rendu à Dieu. Le mot peut aussi désigner le culte lui-même.

Messie

D’un mot hébreu qui signifie « l’oint » (celui qui a reçu l’onction), il a été traduit en grec par « christos » qui a donné Christ. L’onction est un geste (généralement on verse une huile parfumée sur la tête) par lequel un individu est désigné par un autre (ou par un groupe) comme celui qui est choisi par Dieu pour accomplir une mission donnée. On parle ainsi d’onction royale, d’onction prophétique ou d’onction sacerdotale. Le terme de « Messie » en est venu à désigner celui que Dieu a choisi pour instaurer son royaume sur terre. Si aujourd’hui ce terme a en un sens spirituel, à l’époque de Jésus il avait aussi un sens politique fort.

Ministère

Du latin minister qui signifie : serviteur, mais aussi : adjoint ou administrateur. Il a donné le mot français de ministre, mais aussi celui de métier.

En théologie, il désigne la fonction qu’exerce une personne ou une Église quand elle se met au service de Dieu. C’est ainsi que l’on parle du ministère pastoral pour désigner la fonction d’un pasteur ; ou du ministère de l’Église pour désigner sa mission. Ce terme peut aussi être appliqué à Jésus pour désigner sa mission.

Orthodoxe

Du grec ortho (qui signifie : droit) et doxa (qui signifie : opinion), ce terme peut désigner soit une doctrine conforme à la vérité, soit une famille chrétienne (les Églises orthodoxes de Russie ou de Grèce par exemple).

En théologie protestante, il est parfois opposé à libéral.

Pains azymes

Venant d’un mot grec ancien signifiant « sans levain », ce terme désigne un pain composé uniquement d’eau et de farine sans l’action d’un levain ou ferment quelconque. L’hostie de la célébration eucharistique est une forme de pain azyme.

Paléo hébreu

Désigne une forme ancienne de l’écriture hébraïque qui précède l’hébreu classique (celui dans lesquels sont écrit les livres bibliques). C’est dans cette écriture que figurent la plupart des écrits archéologiques retrouvées à ce jour. (cf. par exemple la reprise des données archéologiques dans le cours du prof Thomas Roemer.)

Pays des Gadaréniens

Cité à plusieurs reprises dans les évangiles synoptiques (Mt 8, 28ss ; Mc 5,1 ; Lc 8,26ss par ex.), le terme désigne une région à l’est du Jourdain dont la ville principale est Gadara (cf. carte sur Wikipédia ), une des villes de la Décapole. Ces 10 villes constituent un territoire « tampon » (qui ne fait pas partie de l’Israël historique) entre les possessions d’Hérode le Grand et la province romaine de Syrie à l’époque de Jésus. 

Pentateuque

Du grec « penta » qui signifie cinq, ce mot désigne les 5 premiers livres de la Bible (Genèse, Exode, Lévitique, Nombres, Deutéronome).

Révélation

Désigne la manière dont Dieu se donne à connaître dans l’humanité.

Révolte des Macchabées

Désigne une révolte menée par une famille juive (les Macchabées) contre la domination séleucide entre -175 et -140. Elle va conduire à l’indépendance de la Judée qui va être gouverné jusqu’en -40 par la dynastie hasmonéenne (c’est ainsi que l’on nomme les descendant de Jonathan Macchabée fondateur de la dynastie). Le caractère sanglant de la révolte est à l’origine de l’usage du terme « macchabé » pour désigner un cadavre en argot.

Sapientiel

Cet adjectif désigne la littérature de sagesse, plus particulièrement dans les livres bibliques. Il désigne aussi une manière de se poser les questions existentielles fondamentales qui s’épanouit dans le monde du Proche Orient ancien.

Séleucides

Dynastie grecque fondée par un général d’Alexandrie (Seleucos) qui a régné sur la Mésopotamie, l’Anatolie et le Levant depuis la mort d’Alexandre (- 305) jusqu’à l’arrivée de la domination romaine (- 64). Elle pratique une politique d’hellénisation qui va conduire à la révolte des Macchabées (-175 – -140).

Temps messianiques

Cette expression désigne une espérance eschatologique (cf. plus haut) d’un temps final de l’histoire où se manifeste le Messie pour le plus grand bien des croyants ou de l’humanité toute entière. Cette espérance est déjà présente dans les oracles de l’Ancien Testament, en particulier dans les écrits d’Esaïe. Elle se déploie, sous des formes très diverses, durant la période intertestamentaire et se retrouve dans les écrits du Nouveau Testament, en particulier dans le livre de l’Apocalypse.

Tibériade (lac)

Parfois aussi appelée « Mer de Galilée », le lac de Tibériade est situé au Nord de la Palestine dans la province de Galilée. Cette étendue d’eau joue un rôle économique (pêche, irrigation des cultures, voie de circulation pour le commerce) important dans cette région. Il apparaît régulièrement dans les récits du ministère de Jésus où il tient une place géographique centrale.

Torah

Terme hébreu qui signifie « enseignement, instruction », il désigne pour le judaïsme les 5 premiers livres de l’Ancien Testament (souvent appelés Pentateuque dans le christianisme). Par extension, il peut aussi désigner la bible hébraïque dans son ensemble.

Yhwh

Ces quatre consonnes reprennent en français le tétragramme (4 lettres) par lequel l’hébreu (Yod – Hé- Waw – Hé) désigne le Nom divin révélé à Moïse en Exode 3. Il se prononce usuellement Yahvé.

Scroll to top