Le retard de la Parousie

De quoi s’agit-il?

Le retard de la Parousie désigne un problème qui s’est posé aux premiers chrétiens. Convaincus du retour imminent du Christ pour instaurer le Royaume de Dieu, ils sont déboussolés par ce qu’ils considèrent comme un retard. Cette situation remet en question leur espérance et leur foi en Christ.

Une longue histoire

Pour comprendre l’ampleur de cette situation, il faut remonter plusieurs siècles dans l’histoire d’Israël.

La chute de Jérusalem en – 587 constitue un traumatisme fondateur pour le foi d’Israël. Yahvé est d’abord le Dieu national, le Dieu d’une dynastie: celle de David. La perte de l’indépendance politique et la disparition de la dynastie davidique remettent en question la crédibilité de Dieu.

La figure royale du Messie

Cette situation va avoir pour conséquence une attente permanente d’un rétablissement de la souveraineté divine sur terre. C’est cette attente qui va être à la base des espérances messianiques. Le Messie est une figure royale sur laquelle se focalise l’espoir du rétablissement du Royaume de Dieu. C’est pourquoi, Jésus est souvent qualifié de « fils de David ». C’est aussi pour cela que les évangiles de Luc et Matthieu débutent par des généalogies qui établissent la filiation de Jésus avec David.

De nombreuses révoltes

Cet établissement du Royaume prend différentes formes. La principale est une forme politique qui va conduire à la révolte des Macchabées en – 175 contre les grecs. Puis à la révolte de 70 contre les romains et enfin la révolte de Bar Kokhba en 132. Mais il prend aussi des formes plus spirituelles ou universalistes.

Jésus prédicateur du Royaume

Jésus se présente comme un prédicateur du Royaume de Dieu à venir. Il est salué comme le Messie qui va instaurer ce Royaume. Le qualificatif de « Christ » signifie d’ailleurs « Messie ». Son entrée triomphale à Jérusalem en est la marque la plus visible. Mais sa mort sur la croix vient remettre en question cette conviction.

Le retour du Christ

La résurrection de Jésus vient raviver cette espérance du Royaume. Les premiers chrétiens sont convaincus de son retour imminent, dit « retour en gloire », qui marquera l’établissement définitif du règne de Dieu. On retrouve cette espérance dans les lettres pauliniennes.

Il est plus facile de comprendre pourquoi il est si perturbant pour la première génération chrétienne de réaliser que le Christ ne revenait pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top