Avec Job, il y a du job !

Dans la Bible, Job occupe une place très particulière. Cela vaut vraiment la peine de lire et étudier le Livre de Job. Il est loin de nous laisser indifférent. Sa solide réflexion sur le bien et le mal contribue largement à justifier du caractère de la Bible au rang de patrimoine littéraire mondial: « le livre de Job est l’un des écrits les plus fameux de la Bible. Il est aussi l’un des plus méconnus » (Samuel Terrien, Job, Delachaux et Niestlé, Neuchâtel – Paris, 1963, p. 5). Notre cours biblique 2020-2021, consacré à une lecture du livre de Job, vous donne l’occasion de tourner le regard vers ce livre, pas évident à travailler. Oui, vraiment, avec Job, il y a du job !

Une jeune fille tient une Bible ouverte devant son visage. On ne voit que le haut de son visage et ses yeux, qui trahissent un grand étonnement.
Sarah Noltner sur Unsplash

Job et job, rien à voire, en apparence !

D’où vient le nom de Job? De l’hébreu et non pas de l’anglais. Rien à voir avec le travail, genre « chercher du job »… Le nom commun « job » provient de l’anglais. Emprunté au XIXe siècle, il désigne « travail » ou « partie spécifique d’un travail », avec ses dimensions positive (une bonne affaire) ou négative (une tâche pénible). Selon Alain Rey (dans Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française), l’origine du mot est inconnue. Considéré longtemps comme un « anglicisme pittoresque », c’est l’usage du mot au sens neutre de travail rémunéré qui domine aujourd’hui. Mais il n’y aurait pas de lien étymologique avec « notre » Job biblique !

Travailler, c’est trop dur …

Le verbe travailler remonte à un usage du latin populaire signifiant littéralement tourmenter ou torturer (toujours d’après Alain Rey). En ancien français c’est cette conception négative qui domine: souffrir ou faire souffrir, physiquement et moralement. Et ceci durement, que ce soit pour qualifier la violence de la torture ou les douleurs de l’enfantement. Différentes variantes en découlent. Ainsi, par exemple, travailler la matière dans le sens de pétrir (travailler la pâte) ou s’agiter intérieurement (les préoccupations qui me travaillent l’esprit), surtout lors d’insomnies ! Aujourd’hui, le substantif est utilisé essentiellement pour désigner le temps pendant lequel une activité salariée est exercée. Alors, vive les vacances !

un boulanger en train d'enfourner du pain dans son four
Photo: fran hogan sur Unsplash

Étudier le livre de Job, c’est le moment !

la Bible ouverte à la première page du livre de Job avec une vue sur le lac
Photo: Pierre de Salis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top