Le sens de la souffrance ?

le visage d'une jeune femme, plein de tristesse, qui se demande peut-être "la souffrance, quel sens?"
Photo: Emiliano Vittoriosi sur Unsplash

La souffrance: sens ou non-sens?

La souffrance, quel sens? Dans le mot « sens », il y a deux dimensions, deux idées, deux élans. D’une part, l’idée de direction (le sens de la marche) et, d’autre part, l’idée de définition (le sens d’un mot, d’une notion, d’une émotion). Quand on se demande alors quel sens a la souffrance, l’interrogation est double. D’une part, il y a le besoin de comprendre, de mettre des mots, de pouvoir cerner ce qui m’arrive. Bref, il y a le besoin de pouvoir définir ce qui se passe. D’autre part, il y a la question de clarifier la question de la suite. Comment continuer? Et se relever? Et comment endurer la souffrance? Toutes ces questions reflètent en effet bien la double dimension de la question du sens: qu’est-ce qui m’arrive exactement et comment continuer?

le visage d'un homme, avec quelques traces de sang au bas du visage, la bouche fermée, les yeux bandés et qui tient sa tête entre ses mains.
Photo: soheyl dehghani sur Unsplash

Ne pas se voiler le regard

Dans la Bible, le Livre de Job offre l’occasion de travailler cette question à tous les niveaux: la souffrance, quel sens? Il y a ainsi deux choses. A savoir, d’une part, comprendre ce qui m’arrive ou ce que constate qui arrive. Et, d’autre part, envisager la suite. Endurer? Résister? Se révolter? Accepter? Faire avec? Cette batterie de questions reflète en effet bien la dimension dramatique de la question du sens de la souffrance. Notre cours consacré cette année au Livre de Job offre l’occasion d’approfondir et de cheminer avec ces questions.

dans un musée, une sculpture d'un homme couché qui se tord de douleur et crie la bouche ouverte. au fond, un grand tableau avec une scène évoquant la souffrance
Photo: Alina Grubnyak sur Unsplash

La foi chrétienne au défi de la souffrance

Foi chrétienne et souffrance? C’est certainement une des questions les plus difficiles à envisager. Dans le Livre de Job, ce dernier, après avoir subi une infernale série de malheurs, se tait pendant sept jours. Puis vient ensuite un long monologue dans lequel Job cherche le sens de la question de la souffrance en s’interrogeant à l’extrême, dans les deux directions: qu’est-ce qui m’arrive? A quoi bon tout cela? S’ensuit ensuite, dans le Livre, les discours des amis de Job. Ces échanges sont tendus au début, mais ils vont se parler franchement. Une leçon de vie impressionnante, qui nous apprend la patience et, surtout, de ne pas se contenter de réponses toutes faites à la question la souffrance, quel sens?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to top