Un vade-mecum très utile pour l’exégèse biblique

De quoi s’agit-il, en bref?

Ce très utile vade-mecum pour l’exégèse biblique se présente comme une sorte de dictionnaire organisé en plusieurs chapitres: les différents livres de la Bible et les principales méthodes d’analyse. Il donne des définitions accessibles des concepts utilisés dans l’analyse de la Bible. Les mots techniques sont ainsi expliqués de manière simple. Il fournit aussi de très nombreux exemples.

Un vade-mecum très utile pour l’exégèse

Ce « vocabulaire raisonné » est unique en son genre. Cet outil complète très bien notre Top 3 des dictionnaires bibliques et notre Top 3 des Bibles d’étude en français. Il permet d’aller plus loin en donnant les définitions de base de très nombreux termes techniques. Nous vous encourageons vivement à consulter régulièrement ce vade-mecum pour l’exégèse biblique pour l’étude de nos cours (cours actuel ou cours des années précédentes). Voilà un petit tour d’horizon de ce vade-mecum.

1ère partie: les différents livres de la Bible

La première partie présente chaque livre de la Bible et aborde la notion fondamentale du canon des Écritures. On entend, en effet, par là tout ce qui touche à la constitution des collections d’écrits à l’origine tant de l’Ancien que du Nouveau Testament. Cette partie donne aussi des éclairages très utiles au sujet des langues originales des textes (hébreu et grec). A la fin, il est aussi question des différentes versions de la Bible et des manuscrits.

Photo d'un des plus vieux manuscrits du Nouveau Testament, le papyrus 46
Un des plus vieux manuscrits du Nouveau Testament, le Papyrus 46 (source: wikipédia)

2e partie: l’approche diachronique ou historico-critique

Ce titre un peu rébarbatif ne devrait pas faire peur à la lecture! En effet, cette partie présente les principaux termes techniques de l’exégèse biblique. Ils sont classés par ordre alphabétique. Vous y trouverez des définitions comme celles de « l’action de grâce », de « l’épopée de Gilgamesh » ou de « l’histoire des religions ». L’histoire de la constitution de l’exégèse moderne constitue le fil rouge de cette partie.

3e partie: les approches synchroniques

Voilà encore un titre un peu rébarbatif ! Pourtant cette partie aborde des notions importantes organisées en cinq catégories. Il y a, tout d’abord, d’une part, le vocabulaire lié à l’analyse narrative et, d’autre part, rhétorique. La première s’occupe surtout des récits. La deuxième se consacre aux textes argumentatifs et aux discours. La troisième est particulièrement originale. Elle introduit l’analyse des lettres (analyse dite épistolaire). Cette dernière, longtemps rattachée à l’analyse rhétorique, constitue un domaine en soi. Elle mérite donc sans réserve une place à part. Ce correctif est salutaire. En effet, dans l’Antiquité (tout comme aujourd’hui), on n’écrivait pas une lettre de la même façon qu’un discours. Le vade-mecum pour l’exégèse biblique enchaîne avec une quatrième partie, consacrée à l’exégèse des lettres de Paul. La cinquième partie, dédiée à l’exégèse juive et chrétienne, ouvre de nouvelles et bienvenues perspectives.

Les auteurs des trois premières parties

Les auteurs de ce vade-mecum pour étudier les textes bibliques sont tous des exégètes chevronnés et des professeurs d’Université. Maurice Gibert a enseigné notamment à l’Université catholique de Louvain et à l’École biblique et archéologique française de Jérusalem. Il est l’auteur de la première partie. Jean-Louis Ska est professeur d’Ancien Testament, à l’Institut biblique pontifical de Rome. Il est l’auteur de la deuxième partie. Jean-Noël Aletti est professeur à l’Institut biblique pontifical, à Rome. On lui doit la troisième partie du vade-mecum.

Une 4e partie dédiée plus largement à l’analyse littéraire

Photo portrait de Sylvie de Vulpillières, enseignante au Centre Sèvres (Paris)
Sylvie de Vulpillières

On doit la quatrième partie du vade-mecum à Sylvie de Vulpillières, spécialiste de l’Évangile de Marc. Elle enseigne à la faculté de théologie du Centre Sèvres, à Paris. Cette partie, intitulée « vocabulaire général – termes étrangers », aborde des définitions générales, comme par exemple « allégorie », « gnosticisme » ou « paradigme ». Elle fournit, enfin une liste de termes allemands et anglais. Cela est très utile. Ces termes apparaissent régulièrement dans la littérature théologique francophone. Ainsi « New Criticism » ou « Wirkungsgeschichte » ! Enfin, un lexique de termes hébreux et grecs complète l’ensemble.

Des annexes toujours utiles

Trois annexes terminent ce vade-mecum très utile pour l’exégèse biblique: une liste de quelques grands noms de l’exégèse biblique (ainsi Karl Barth et Rudolf Bultmann), une liste des abréviations usuelles des livres de la Bible (en français, allemand et anglais), une liste des abréviations des revues scientifiques et, enfin, quelques références bibliographiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Scroll to top